Une journée à Montserrat

Une journée à Montserrat

Tu cherches ce que tu pourrais faire pendant ta semaine à Barcelone ? Tu as déjà fait le tour de la Sagrada familia, du Parc Guell, de la Barceloneta et de Montjuic. Et si prenais de la hauteur et que tu partais une journée au vert ? Pour cela, tu vas pouvoir en prendre plein la vue et découvrir Montserrat et son monastère.

Montserrat, qu’est-ce que c’est ?

Montserrat est en réalité un monastère niché en plein cœur d’une montagne impressionnante

Cette montagne, si tu es arrivé à Barcelone par la route, tu l’as peut-être déjà repérée. Elle ne ressemble pas à une montagne lambda. La roche y est arrondie et on en peut pas passé à côté sans être émerveillé par sa beauté.

On y ajoute donc un monastère en plein cœur, où des moines vivent et réalisent des messes toute la journée. C’est un endroit hors du temps, où on retrouve une vue plongeante sur la province Barcelonaise.

Montserrat, c’est un endroit à faire car il n’en existe pas deux comme celui-ci.

Une fois sur place, qu’est-ce qu’on fait ?

L’endroit est extrêmement agréable car on y découvre dans un premier temps le « village » si on peut dire, où se situe le monastère. Vous y trouverez de quoi vous restaurer et des musées.

Ceci dit, étant donné les prix démultipliés, ne serait-ce pour une glace, je vous conseille de prévoir un pique nique que vous pourrez aller manger dans la montagne, après une bonne randonnée.

Il existe donc plusieurs chemins de randonnées selon votre motivation et surtout vos capacités physiques. Car, oui, vous allez avoir les cuisses qui vont travailler, je peux vous le dire après avoir testé moi-même !

Comment y accéder ?

Montserrat se situe à 45 minutes de Barcelone. Pour y accéder, il existe deux moyens.

Si vous souhaitez louer un véhicule, je vous conseille de prendre la route tôt le matin pour arriver sur les lieux (en tout cas, à l’entrée du parking) avant 10 h. Si vous arrivez trop tard, vous vous retrouverez bloqué dans la montagne en cours de route, afin d’attendre que des places se libèrent sur le parking.

Montserrat, c’est ça, c’est un lieu grandement touristique aussi ! Pourtant, on oublie bien rapidement les attroupements autour de nous.

Le parking sur place est gratuit pendant 30 minutes et coûte ensuite 6,50 €. Si vous décidez de faire le déplacement à 4, c’est une solution très abordable – même si vous faut louer un véhicule.

Il existe cependant une autre alternative : les transports en commun.

Pour cela, il vous suffit de vous rendre Plaza d’España et de prendre le train L5 en direction de Monistrol/Montserrat.

Trois jours pour découvrir Naples et ses curiosités

Trois jours pour découvrir Naples et ses curiosités

Un week-end en Italie, pour découvrir les curiosités napolitaines ? C’était notre programme au mois de mars.

Mon homme m’a offert ce cadeau pour mon anniversaire. Et comme il est loin d’être bête, il avait choisi comme week-end celui de son anniversaire à lui. Une pierre deux coups !

Nous avons donc scindé nos trois jours de voyage avec une destination par jours. C’est à mon sens bien suffisant pour découvrir : Naples, Capri et Pompéi. Nous aurions pu gravir le Vésuve, mais c’est quelque chose que nous avons choisi de mettre de côté par manque de temps.

Par contre, avec plus de temps, nous serions très clairement partis à la découverte de la côté Amalfitaine. C’est d’ailleurs un nouveau voyage rajouté sur ma bucket list.

Une journée pour découvrir Naples

J’avais fait pas mal de recherches pour connaître les choses à voir sur Naples. Il existe un bus touristique qui permet de faire le tour de la ville, en s’arrêtant aux points d’intérêts à son aise. Pourtant, nous sommes plutôt partis en mode découverte, à pied, voir ce que la ville avait à nous proposer.

C’était également un moyen de se faire un avis ferme sur la propreté de la ville. Bon, on ne peut pas dire à ce niveau que la ville soit propre, même si nous nous attendions à pire. Je pense que les choses ont été réglées en majorité.

Ce qui nous a saisis c’est : l’état d’insalubrité de nombreux immeuble. C’est tellement triste d’avoir une si jolie architecture et de ne pas en prendre soin ! J’adore l’Italie, je trouve que ce pays est véritablement romantique et douillet. Pourtant, ce n’est pas ce que nous avons ressenti à Naples. Les rues sont sombres, les immeubles pas entretenus et donc on ne reste pas si souvent ébahi devant le dédale de maisons colorées.

Pourtant, la ville réserve de jolies surprises et celle qui nous a le plus marqués : c’est la visite des souterrains de la ville de Naples. Cela à pendant des années était le stockage de l’eau de la ville, jusqu’à ce que la peste touche les Napolitains. Par la suite, les souterrains sont devenus le refuge de familles, ainsi que le terrain de jeu d’enfants — laissant leurs jeux comme une trace de leur passage – pendant la guerre.

C’est aussi une ville agréable pour son cadre. Elle est située sur la côte, et offre une vue imprenable sur le Vésuve. C’est d’ailleurs au détour d’une visite dans le Palais Royal à côté de la place « Del Plebiscito » que l’on a pu admirer une vue dont on s’est délecté pendant plusieurs minutes.

Naples, une ville d’histoire

Pourtant, ce qui me marque et me fait adorer l’Italie, c’est l’histoire qu’elle dégage. Pas besoin d’en faire beaucoup pour nous prouver à chaque dédale qu’elle cache énormément de surprise. Et on en a eu la preuve ! 🙂

Nous avons appris quelque chose qui me laisse encore sans voix à cette heure. Les ruines des anciens théâtres de la ville de Naples sont encore présentes, mais… sous les maisons et immeubles de la ville.

En effet, le théâtre Romain de Naples n’est plus accessible. En vous rendant sur les lieux, vous serez surpris de découvrir des immeubles de partout. Pourtant, nous avons eu la chance de continuer la visite des souterrains par cette partie de la ville.

En réalité, il faut rentrer dans les immeubles pour profiter des ruines, en sous-sol. Mais pas que ! Notre guide nous a expliqué que les ruines étaient également présentes dans les appartements au-dessus de nos têtes. Impossible de se délecter de ce spectacle, et pourtant les Napolitains doivent avoir des appartements véritablement éclectiques, et pleins d’histoire.

Direction Capri pour une escapade d’une journée complète

Le lendemain matin nous nous sommes levés tôt pour aller prendre le bateau en direction de Capri. Vous avez deux solutions pour réaliser la traversée : un ferry ou des bateaux plus rapides. Les prix sont très différents, mais c’est un choix à faire en fonction des horaires pour organiser au mieux sa journée !

Nous avons dû payer 40 € pour effectuer l’aller à nous deux, avec un bateau rapide, tandis que le retour ne nous a coûté que 18 € en ferry. Mais après tout même si la traversée revient à cher, c’est quelque à faire.

Capri est très différente de ce que je m’imaginais. Je pensais à une petite île, avec un simple centre-ville et de belles plages. En réalité, l’île est très grande, et surtout très rocheuse ! C’est le premier élément qui m’a sauté aux yeux !

Le second, c’est la circulation sur l’île ! Oh mon dieu ! Déjà que la circulation en Italie est assez mythique, mais Capri c’est vraiment quelque chose. Les rues sont extrêmement étroites, en lacets, et pourtant elles sont toujours en double sens. Et puis, ce n’est pas pour tant qu’ils roulent moins vite. Le trajet en bus pour traverser de bout en bout l’île a été sportif, mais amusant.

On peut dire que l’on a fait l’île de bout en bout ! Nous avons commencé par le côté ouest de l’île pour découvrir les dédales de petites boutiques, les jardins magnifiques et enfin monter jusqu’à la Vila Michele. Il s’agit de l’ancienne maison d’un physicien dont on découvre la vie. Mais, cette maison et la vue qu’elle offre sont juste à couper le souffle !

Nous avons décidé ensuite de partir à la conquête de la pointe est de l’île, sans réellement s’apercevoir des kilomètres à effectuer pour y parvenir. L’idée était de découvrir la Vila Jovis, les ruines d’une résidence de Tibère, empereur romain. On a souffert pour réussir à monter à pied jusque-là, mais cela valait la peine. C’est toujours époustouflant de voir à quel point les ruines nous offrent un retour en arrière comme une grande claque.

Et le meilleur pour la fin : Pompéi

Nous avons terminé notre séjour par la visite de Pompéi. Et coup de bol, nous y sommes allés le premier dimanche du mois et nous n’avons pas payé l’entrée ! Si c’était la bonne nouvelle du jour, on a fait l’énorme erreur de ne pas prendre les audio pour nous expliquer la visite.

Par conséquent, nous nous sommes baladés dans les rues de cette ancienne ville, pensant faire le tour en quoi… deux heures. Grosse erreur. Pompéi est gigantesque. Nous y avons passé entre 3 et 4 heures à se balader, oubliant les douleurs aux pieds à cause des anciennes rues pavées, et nous avons dû voir 1/3 ou ¼ des ruines.

Même si bon, qu’on le dise, à un moment donné certaines rues sont toutes les mêmes 🙂 On prend plaisir à voir les vestiges des palais pour les dieux grecs, les fresques encore en très bon état, et surtout les anciens théâtres et l’anti théâtre.

Par contre, impossible de repartir sans découvrir les plâtres des personnes ayant été engloutis les cendres du Vésuve. Un spectacle poignant qui montre des émotions d’effrois sur des visages de plâtre, mais également des positions prouvant qu’ils ont été pris par surprise.

Mais surtout, trois jours à Naples, c’est trois jours à manger !

Je pense que c’est finalement le souvenir le plus marquant que l’on gardera de Naples : ses pizzas et sa nourriture en générale. On ne peut pas dire que l’on a été conquis par cette région d’Italie, pas assez entretenue à mon sens.

Nous sommes ravis d’avoir eu l’occasion de visiter une fois dans notre vie Pompéi ainsi que Capri, mais nous n’y retournerons certainement pas. De même pour Naples, qui ne nous déçoit pas grâce à sa gastronomie, mais qui n’aura pas fait chavirer nos cœurs.

Pour avoir déjà visité Milan, mais surtout Vérone et d’autres petites villes au nord de l’Italie, je pense qu’il existe de jolies surprises bien ailleurs, aux quatre coins de l’Italie.

Pourtant, notre plaisir était chaque jour de s’arrêter manger ! Mes papilles s’excitent rien qu’en écrivant ses lignes. Nous avons mangé les meilleures pizzas de notre vie, très clairement. Imaginez également des gnocchis à la sauce tomate et mozzarella titiller votre palet et vous imaginez bien notre bonheur à chaque bouchée.

Naples et ses curiosités alentour ne feront pas partie de nos voyages préférés, même si nous sommes ravis d’avoir pu découvrir autant de choses. C’est le charme de l’Italie que d’avoir autant d’histoire et réussi à conserver ce charme depuis des siècles.On retournera en Italie, à n’en point douter. On aime trop ce pays, mais on prévoit plutôt de découvrir Rome, Cinque Terre ou la Sardaigne pour nos prochaines escapades.

Trois jours pour découvrir Oslo entièrement

Trois jours pour découvrir Oslo entièrement

Je vais enfin pouvoir vous parler d’un voyage pour lequel j’étais tellement excitée. Cela fait des années que je rêve de partir en Scandinavie, car ces pays (Norvège, Danemark, Suède) sont des pays qui attisent ma curiosité !

Je suis très intéressée par la culture, le mode de vie que l’architecture de ces pays qui sont si proche et pourtant bien loin de notre vie Européenne. Du coup, c’était le moment ou jamais que de découvrir la Norvège dans un premier temps, au travers d’Oslo.

Un voyage de retrouvailles

Et là où j’étais la plus heureuse, c’est que j’ai eu le bonheur de retrouver mon ami Bruno après lui de 8 ans sans se voir. L’occasion donc de retrouver un ami cher pendant 3 jours et surtout de découvrir une ville qui me faisait de l’œil depuis plusieurs années.

Tu imagines mon bonheur ? 😻

Et puis, quoi de mieux que de découvrir une ville que tu ne connais pas avec une personne qui y vit et qui te permet de découvrir la culture dans le détail. J’ai énormément appris sur la Norvège et je dois avouer que je suis tombée sous le charme et j’y retournerai.

Découvrir Oslo en trois jours

Petite astuce pour ceux qui le peuvent, j’ai pris la compagnie aérienne Air Norwegian. La qualité de la compagnie est vraiment top, car même s’il s’agit de low cost, c’est toujours plus qualitatif que n’importe lesquelles de nos compagnies européennes !

Et alors, la cerise sur le gâteau, c’est que tu cumules des points en prenant des vols via cette compagnie pour bénéficier de réductions au bout d’un moment ! Franchement, c’est bon à savoir.

Jour 1

Je suis arrivée dans l’après-midi histoire de commencer à profiter du centre-ville d’Oslo. Mon vol a atterri sur les coups de 14 h, et il est possible de prendre un train depuis l’aéroport pour retrouver le centre d’Oslo.

Pour cela, il existe deux compagnies qui sont du simple au double :

  • NSB qui est le moins cher, mais moins visible pour commander son billet
  • FlyToGet les trains express, plus cher, mais qui desservent les mêmes stations

Je me suis donc rendu jusqu’à NationalTheatret pour y retrouver Bruno et ensuite commencer à remonter le centre-ville depuis :

  • Le parc Slottsparken
  • Le palais royal
  • Les petites rues commerçantes pour boire un verre

On se dirigeait vers le fameux parc de Frognerparken quand la pluie nous a surpris. Étonnant, tu ne trouves pas en plein mois d’août ? Il faut dire que j’ai été surprise par le temps. Je n’aurais pas pensé que l’été était doux, en Norvège, quand on sait à quel point l’hiver peut être rude. Bon, ce qui ne m’a pas empêché de choper une crève d’enfer pendant les quinze jours qui ont suivis.

Jour 2

La journée a été rythmée et autant dire que l’on a marché une bonne vingtaine de kilomètres au travers d’Oslo. On a commencé la journée par le HolmenKollen. Il s’agit du plus vieux tremplin de saut à ski existant et autant dire que c’est impressionnant. On a même eu la chance de voir une personne s’entraîner et voler dans les airs !

C’était aussi l’occasion de découvrir une vue sur tout Oslo et les Fjords ce qui permet de faire une jolie entrée en matière dans le week-end.

C’était déjà l’heure pour découvrir le fameux parc de Frognerparken pour y faire un petit pique-nique au soleil. Une fois l’estomac bien repu, et la découverte de quelques éléments très douteux quant à la gastronomie norvégienne (je pense notamment à ce qu’ils appellent le Caviar et le fromage norvégien).

L’occasion, ensuite, de découvrir les sculptures de Vigeland. Je ne sais pas si c’est à voir, mais clairement c’est très étrange. Ce ne sont que des sculptures d’enfants et de parents dans des positions très étranges !

Pourtant le reste du parc est très joli, très vert (étonnant ahah) et très grand. D’ailleurs, il existe une loi qui indique que les habitants d’Oslo doivent vivre à une distance limitée d’un parc. Et ça, j’avoue que c’est une loi très intelligente pour garder la proximité avec la nature.

La journée s’est doucement terminée en partant jusqu’à une île des Fjords : Gressholmen. Les îles sont accessibles directement avec les billets de transport en commun normaux, que vous pouvez commander directement sur votre portable grâce à l’application. Le prix pour un ticket d’une semaine : 20 €.

 

Jour 3

On débute notre dimanche avec la ballade dominicale de base pour tout norvégien qui se respecte : direction Sognsvann. Il s’agit d’une étendue d’eau qui sert de lac glacé pour skier en hiver ! En été, c’est surtout l’occasion de faire son footing, son pique-nique, ou tout simplement le tour du lac à pied, pour prendre l’air et être à proximité de la nature.

Honnêtement, la vue est juste époustouflante et c’est surtout le climat paisible que je retiens. En vivant en Espagne, forcément le calme des Norvégiens me change du tout au tout, mais je dois avouer que ça me fait du bien.

Directement ensuite le quartier de Grunnerlokka, alias le quartier bobo ! Et j’avoue que j’y vivrais bien. Je suis déjà restée bouche bée devant l’école des beaux arts qui possède son propre jardin avec sa cascade accolée. C’est aussi le quartier où l’on découvre les différents festivals, les bars et les endroits où sortent les jeunes norvégiens ! Bref, c’est un peu le quartier le plus jeune d’Oslo.

Nous sommes donc ensuite descendus tranquillement vers le centre-ville d’Oslo pour découvrir l’intégralité des rues piétonnes, des quartiers un peu plus « modernes » et donc moins beaux.

Une chose est sûre, l’architecture d’Oslo est plutôt sympathique. Les bâtiments sont tous très travaillés et propres. C’est un pur plaisir pour une personne comme moi qui aime regarde les immeubles autour d’elle quand elle se balade.

La journée s’est achevée sur les quais, un quartier également extrêmement agréable. On y retrouve la mairie d’Oslo qui n’est autre qu’un gros bloc au style URSS, mais ce sont plutôt les immeubles et les bars/restaurants qui font beaucoup pensé à un style anglais/New York.

C’est un peu le quartier très chic où l’on croise les plus belles voitures d’Oslo. Il est très agréable, en bord de mer.

Jour 4

Bon j’avoue, je vous ai promis trois jours pour découvrir Oslo, mais finalement on en est pas si loin. En effet, la matinée de ce dernier a été consacrée à travailler ! Eh oui, c’est ça la vie d’entrepreneur, on se met dans un coin de l’Université d’Oslo (ou travaille mon ami) pour travailler sur les projets en cours ! Donc, on va dire que ça ne compte pas. 😉

Après un bon KannelBolle, c’est l’heure de repartir pour deux heures de vadrouille à découvrir ce qui m’a le plus manqué pendant ces trois premiers jours : les jolies petites maisons typiques de la Norvège, et de la Scandinavie en général.

On s’est donc dirigé vers une rue connue du quartier GrunnerLokka. Manque de chance pour nous, la rue était en travaux — mais du genre, beaucoup en travaux. Impossible donc de réaliser des photos de ces petites rues qui te donnent l’impression de sortir complètement de la capitale.

On s’est ensuite perdu dans le quartier de Gamle, à ma demande ! Et tu veux que je te dise ? J’ai fait découvrir des choses à mon ami qui y habite depuis déjà plusieurs mois. J’avais entendu dire qu’il existait dans ce quartier d’Oslo des maisons typiques également, et c’est bien le cas.

Bon, il faut savoir que nous n’avons croisé personne pendant 30 minutes de marche, mais ceci étant dit c’était l’occasion de découvrir un quartier un petit plus reculé d’Oslo et beaucoup plus résidentiel. J’ai beaucoup apprécié !

Ce quartier possède également le musée de Munch, dans lequel vous retrouvez le fameux « Cri » en original ! Ça vaut le détour.

Mon avis sur mes trois jours pour découvrir Oslo

C’était un super voyage. J’ai appris énormément de choses, j’ai découvert des choses que je n’aurais jamais cru et j’en ai d’ailleurs appris plus sur l’attentat qui a eu lieu il y a quelques années. Cela m’a permis de me pencher plus sur l’histoire et la politique du pays. D’ailleurs Netflix vient de sortir un reportage sur cet attentat qu’il est très intéressant de regarder (même s’il est un peu long).

Je retiens que la Norvège coûte cher ! Très cher ! Et qu’il faut donc prévoir cela lorsque l’on décide de partir. Mes billets d’avion ne m’ont presque rien coûté, mais ceci étant dit je suis bien contente d’avoir été hébergée, car le coût de mon voyage aurait pu exploser entre temps.

Je suis très contente d’avoir commencé ma découverte de la Scandinavie par la capitale de la Norvège, pour une raison simple : elle ne traduit pas l’image que nous pouvons nous faire de la Scandinavie. En tout cas, pas le côté typique des petites maisons en bois. Il réellement chercher pour trouver des petits coins reculés où trouver ces maisons dans Oslo.

Pourtant, cela donne une jolie amorce sur la culture du pays : leur vision de la nature, du biologique et sur leurs lois pour les voitures électriques qui pullulent dans les rues. Je pense même que j’aurais pu être déçue de commencer par une petite ville très typique pour ensuite arriver à Oslo !

Par contre, une chose est sûre ce n’est qu’un début ! Je reste sur ma faim et le prochain voyage est déjà prévu. Je compte bien revenir en Norvège découvrir Bergen et la côte ouest de la Norvège — peut-être à la fin de l’hiver. De la même manière, Stockholm et Copenhague sont sur ma bucket list des destinations à faire prochainement !

Et surtout, si tu as des questions, c’est le moment de tout me dire ! 😉

Se détendre à Barcelone

Se détendre à Barcelone

Vous le savez, Barcelone est devenue ma seconde maison, un endroit où, malgré des débuts chaotiques, j’ai réussi à trouver ma place, aussi bien professionnellement que socialement.

Mais vivre dans une ville aussi grande et aussi agitée n’est pas tout le temps de tout repos, et spécialement en ces périodes de vacances d’été où la Catalogne est véritablement envahie de touristes.

Il faut donc pouvoir trouver des coins un peu plus calmes dans la ville où l’on peut se détendre, être tranquille, loin de la cohue des Ramblas et de la plage principale.

Il existe plusieurs endroits comme cela dans la ville, moins connus des touristes, même si, il faut être honnête, trouver des zones sans touristes au mois d’août à Barcelone relève véritablement du miracle. Mais une fois l’automne venu, tout devient plus respirable, et ces petits coins redeviennent des havres de paix.

Les parcs, poumons de la ville

 Photo by Coldcreation/CC BY-SA 3.0 ES

Ainsi, j’apprécie beaucoup la verdure du Parc de la Citadelle, qui est un des endroits les plus privilégiés par les locaux pour un petit jogging ou une petite séance de yoga.

Il est situé vraiment au cœur de la ville, et est donc facilement accessible. Il est surtout très grand, ce qui permet toujours d’y trouver des petits coins tranquilles où poser son pique-nique sur l’herbe sans se marcher les uns sur les autres. Il y a aussi là-bas un lac, des chutes d’eau, un zoo, un musée et une citadelle évidemment.

Enfin, point des plus importants, le parc est gratuit. Il est donc l’endroit rêvé pour un petit après-midi entre les fleurs et les fontaines.

Il y a un autre parc qui vaut le détour, et qui peut aussi se révéler plus tranquille que celui de la citadelle, car celui-ci est plus difficile d’accès, sans être toutefois loin d’être inaccessible. Il s’agit du parc de la colline de Montjuic.

Situé tout en haut du mont, il est peut-être le meilleur endroit de Barcelone pour disposer d’une vue imprenable et à 360 degrés sur toute la ville. Entre les palmiers et les marches du Palais National, il y a encore là de quoi trouver de nombreux coins tranquilles. Et ce parc est aussi gratuit.

Casino, architecture ou montagne ?

Pour une activité un peu plus originale qu’une simple ballade dans un parc, je peux aussi vous conseiller un petit tour par le Casino de Barcelone.

Outre le fait qu’il soit d’une très grande beauté à l’intérieur et qu’il dispose de tous les jeux dont un féru de casinos peut rêver, il n’y a pas besoin de costumes pour se rendre à l’intérieur, mais il faudra tout de même éviter les tenues de plage ou de sport. L’ambiance dans ce casino est toujours feutrée et agréable.

Si vous avez la chance de vous y trouver à la fin du mois d’août, vous pourrez même assister à une étape de l’European Poker Tour, le plus grand tournoi de poker d’Europe, pour une soirée loin des sentiers battus de Barcelone.

En dehors des périodes les plus touristiques, le quartier gothique est aussi un endroit idéal pour chiller un peu.

Entre les bâtiments anciens à l’architecture déroutante, les rues étroites et les petites places ombragées, il y a à la fois de quoi voir en termes d’histoire, d’art et de culture, et à la fois de quoi se ressourcer auprès des bars et des restaurants. On est là-bas loin de l’ambiance de plage du reste de la ville.

Mais pour une vraie détente, il faudra alors un peu sortir de Barcelone, sur la montagne de Collserola, qui est là bien plus qu’un simple parc, bien qu’il fasse partie intégrante de la ville, mais une vraie forêt où il est possible de faire de belles randonnées, des tours en vélos et d’observer la nature au plus près, tout ça à quelques encablures du centre de Barcelone.

Le parc de Collserola est tout simplement le plus grand parc métropolitain de la planète, d’une superficie 8 fois supérieure à celle du Bois de Boulogne et 22 fois à celle de Central Park.

 Photo by Till F. Teenck/CC BY-SA 2.5

Petit bilan

S’il est presque impossible d’éviter la foule dans une ville telle que Barcelone, il existe heureusement plusieurs endroits comme cela où elle se fait moins oppressante, et où l’on peut respirer un peu.