J’ai ouvert une boutique e-commerce en dropshipping, verdict ?

Je suis en train de faire le bilan de mon année 2019. Je ne peux pas dire que je garde un merveilleux souvenir de cette année, car elle m’a semblé incroyablement difficile à traverser pour de nombreuses raisons.

L’une d’entre elles, c’est pour mon activité professionnelle. 2019 aura été l’année la plus dure à traverser, car elle était pour une fois pleine de doutes et d’incertitudes. J’avais presque commencé à perdre espoir, d’ailleurs. Si vous me suivez depuis longtemps, vous serez peut-être surpris de l’apprendre — ou même soulagé —, mais la vie en tant qu’indépendant est très difficile pour moi aussi sur de nombreux aspects.

Alors, je prends ma feuille de papier et je commence à écrire sur ces choses que j’ai réalisé en cette année 2019 : les nouveaux services que j’ai monté, les prestations que j’ai vendues et surtout les contrats qui se sont bien et mal passés. Et au détour de mes idées, je me retrouve face à cette expérience donc j’avais envie de vous parler aujourd’hui : quand nous avons décidé de monter une boutique e-commerce en dropshipping avec mon copain.

Pourquoi vouloir tenter l’aventure du dropshipping?

Pour placer le contexte, depuis le début de l’année 2019, nous avons pris conscience que nous ne pourrions pas compter sur notre avenir. Nous sommes réalistes et plutôt que d’attendre 40 ans qu’un état nous paie une retraite, nous avons enfin pris la décision de nous construire nous-mêmes notre propre avenir.

Alors, ça sous-entend forcément que cela sera difficile, que nous allons faire des erreurs, tester des dizaines et des dizaines de choses et aussi perdre pas mal d’argent en chemin ; mais au final, si nous parvenons à cet objectif, nous pourrons être fiers de nous et nous sentir à l’abri.

D’autant que nous n’adhérons pas à cette notion d’avoir « toujours plus ». Notre idéal à nous : c’est bien évidemment de bien gagner notre vie, mais surtout de faire des choses que l’on aime, en nous sentant challengés et dans un cadre de vie tranquille — en limitant les soucis. C’est donc une vie à l’aise dont nous rêvons : où l’on pourra voyager sans se tracasser, d’une maison pas trop grande, mais dans laquelle on se sent bien et surtout avec beaucoup de temps pour profiter de notre famille.

Voilà pourquoi nous nous sommes tournés vers le dropshipping. Pour savoir si cela nous permettrait d’atteindre notre objectif — ne serait-ce que partiellement — et aussi pour comprendre les rouages de ce type de boutique. 

Une boutique de dropshipping, mais avec nos valeurs

Après avoir pris le temps de réfléchir, et de suivre quelques formations sur le sujet, nous sommes donc tombés d’accord sur le fait qu’il était primordial de créer une boutique de dropshipping en phase avec nos valeurs. Je ne me voyais pas vendre des faux AirPods ou des produits cosmétiques qui risqueraient de provoquer des allergies.

Non, il s’agissait d’un side project pour moi et je voulais y prendre du plaisir. Donc, certains l’ont vu passer, nous avons créé : Los Moustachos. Los Moustachos c’était une boutique en ligne d’accessoires pour chats, mais surtout des accessoires pour chats que l’on ne trouve nulle part ailleurs ! On voulait des produits de qualité, avec une image de marque très particulière et surtout des choses que l’on utilise nous-mêmes pour nos deux boules de poils.

Parce que, pour ceux qui ne m’ont jamais vu avec mes chats… Ce sont mes enfants, qu’on se le dise.

Alors, on a décidé de prendre en considération une partie de ce que les dropshipper inculquent, mais de n’en faire qu’à notre tête sur le reste. Ce sera des produits chers, mais pas parce que nous nous faisons une marge de fifou dessus : parce que le produit en lui-même est d’ores et déjà cher sur la plateforme et que nous prenons le temps de tous les sélectionner avec soin.

Honnêtement, je n’ai aucune raison de vous mentir, car la boutique est fermée depuis de nombreux mois maintenant 🙂 Vous allez donc avoir notre cheminement complet et les actions mises en place, mais surtout les résultats.

Et surtout, je voulais pouvoir créer des visuels différents : en focalisant l’image de marque sur notre petite famille de cats. Les superstars de notre compte Instagram étaient Peanuts et Vermut, et nous apparaissions même sur le site en caressant nos chats, car… à nos yeux, une vraie belle boutique e-commerce, c’est une boutique avec une âme et une histoire.

Le lancement de la boutique Los Moustachos

Alors, après avoir passé des week-ends entiers à sélectionner les produits, comparer les prix, monter la boutique en ligne, faire des photos, recevoir les produits pour savoir lesquels étaient à la hauteur de nos espérances… Nous avons lancé Los Moustachos en janvier 2019. Et tu veux que je te dise ? On était convaincu que ça allait exploser.

Les premiers résultats ont été plus qu’encourageants : tout le monde adorait nos produits et trouvait ça très amusant de créer une boutique autour de notre monde félin. C’était une petite fenêtre ouverte sur notre vie, et on prenait tellement de plaisir à créer les fiches produits ou les contenus pour les réseaux sociaux.

Alors, pleins de bonne volonté, on a commencé à mettre en place notre communication :

  • Publicités Facebook
  • Rédaction d’articles de blog
  • Relation client
  • Partenariat avec les influenceurs
  • Shooting photo dans notre chambre et notre salon

On a tout donné ! Mais genre… vraiment tout. Pendant 1 mois. 

Du dropshipping, mais des produits de qualité

Les produits que nous vendions étaient tous de qualité ! Nous le savons, car nous avons tout à la maison et que nos chatons continuent de vivre avec leurs paniers, leurs jouets et les gamelles. Je pourrais même vous faire une photo à l’appui de ma cuisine sur Instagram… Toutes nos gamelles Los Moustachos sont utilisé ahah.

Malheureusement, les produits de qualité ont un coût à l’achat sur AliexExpress. Donc, parce qu’on avait des frais qui nous tombaient dessus chaque mois :

  • Le coût d’une plateforme sur Shopify
  • Les publicités Facebook
  • Les produits à commander pour les prochaines collections
  • Le temps passé à faire la communication (articles de blog, mails influenceurs, relation client, mise à jour du site)

On s’est rapidement aperçu que le peu de commandes que l’on avait ne nous permettait pas de couvrir tous nos frais. Pour plus de 200 € de publicités Facebook, nous vendions peut-être pour 150 € de produits. Donc autant dire que l’on travaillait à perte, car j’accordais de nombreuses heures de ma semaine à travailler à ce projet + mes week-ends et soirées.

Très vite, on a donc perdu cette excitation du départ. Et on a lâché le bateau l’un comme l’autre.

Difficile d’admettre qu’on s’est trompé!

Los Moustachos a fermé ses portes pendant l’été environ. Mais à vrai dire, cela faisait de nombreux mois que nous ne faisions plus rien dessus. On a tenté à plusieurs reprises de se remettre dedans, mais on avait perdu la foi. L’envie n’était plus là et l’amusement non plus.

Quand c’est comme ça, ça ne sert à rien de s’acharner. Surtout que le temps, en tant qu’indépendant, est bien trop précieux. Et je ne parle même pas de votre tranquillité d’esprit. Et pour le coup, j’ai vraiment vécu la fermeture de Los Moustachos comme un soulagement. 

Je ne voyais enfin plus passer ces dépenses chaque mois, pour rien, passer sur les comptes bancaires 🤣

Alors, j’ai pris le temps de me poser les bonnes questions : pourquoi ça n’a pas marché ? Est-ce que l’on a été trop utopistes ? Trop impatients ?

Notre rêve, c’était de créer une nouvelle version du Dropshipping. On ne voulait d’ailleurs pas rester sur du dropshipping, mais bel et bien créer une entreprise e-commerce à nous. Nos projets d’avenir étaient bel et bien de monter une marque, de faire venir les stocks jusqu’en Europe pour qu’ils soient expédiés depuis les plateformes Amazon. 

On voulait créer des produits à notre effigie, qui nous ressemble. Mais pour ça, il fallait bien commencer quelque part, tester le marché en quelque sorte. Mais ce n’était pas une bonne idée 🙂 ou ce n’était pas LA bonne idée, ou la bonne manière de faire.

En vérité, je n’ai jamais été pleinement en phase avec ce côté dropshipping, car, même si j’ai toujours voulu m’en convaincre (et m’en défendre), j’avais cette sensation d’être mal honnête presque. Pourtant, une autre partie de moi me disait « Mais tu as vu le temps que tu passes à créer du contenu pour ce site ? Ce travail mérite salaire, donc d’un sens, ce n’est pas une arnaque, car tu crées de la valeur ».

Mais j’ai toujours vécu avec cette double vision au fond de moi et du coup je vous laisse imaginer mon syndrome de l’imposteur. Et pourtant, je suis contente d’avoir vécu ça. Je me couche moins bête le soir, car je connais les techniques de dropshipping, nous les avons testés nous-mêmes.

Je sais à quel point c’est difficile de faire vivre une boutique e-commerce et le travail que ça demande. Je sais aussi que je ne vois pas le dropshipping comme une pure arnaque, car il y a beaucoup de travail et donc de compétences techniques derrière pour que ça fonctionne (en tout cas, quand on tente de faire les choses correctement).

C’était une expérience de plus.

Une petite erreur de plus ! 

Mais qui nous aura bien appris pour la suite 🙂