Aujourd’hui, j’arrête la pilule !

Cela fait plusieurs mois que cette idée me taraude. Pour être honnête, je remets en question beaucoup de choses concernant l’intimité féminine, sur bien des domaines. Aujourd’hui, c’est décidé je mets la première pierre à l’édifice et j’arrête la pilule !

Rien d’anormal, alors faisons comme tout le monde

Pour être entièrement transparente, je ne suis pas de celles qui ont eu des problèmes avec la pilule. Les seuls désagréments que j’ai eus sont autour du médicament en lui-même : risque d’AVC sur le long terme, pilule pas assez dosée… Bon, OK, sur le papier ça craint, mais ça ne m’a pas inquiété tant que ça pendant 10 ans. Tu trouves ça bizarre ? Oui, moi aussi 😉

J’aurais pu continuer sur cette lancée. Aucun gynécologue ne m’a mis en garde sur quoi que ce soit. Donc, forcément, c’est que la pilule ne nous met pas en danger, n’est-ce pas ?

Non, je n’ai plus envie de me tourner vers les médicaments

Je prends la pilule depuis mes 16 ans. Cela fait donc 10 ans que je prends quotidiennement ce petit médicament qui envoie des hormones artificielles dans mon corps. Trouvez-vous ça normal ? Pas moi !

J’ai vécu pendant 10 ans sans avoir d’inquiétude sur ma contraception. Sans avoir à me soucier de risquer de tomber enceinte (car on évite toujours de dire que la pilule n’est pas viable à 100 %). Et puis, finalement, c’est un peu comme si j’avais ouvert les yeux depuis peu.

Cela fait quelques années maintenant que je tente de réduire les médicaments. Je suis une grande stressée et une grande migraineuse. Du coup, le combot gagnant m’a mené à un ulcère à 20 ans sans plus pouvoir me tourner vers certains médicaments depuis, au risque d’avoir des douleurs d’estomac. J’ai donc commencé à chercher des alternatives aux médicaments, qui étaient depuis ma plus tendre enfance la seule réponse au moindre maux.

Je me suis donc tournée petit à petit vers les huiles essentielles, pour me soigner. Petit à petit, elles ont pris de plus en plus de place dans ma vie jusqu’à ce que je rêve de pouvoir me soigner sans me tourner vers les médicaments.

Mais je n’avais absolument pas pensé à cette petite pilule que j’ingurgite chaque jour, à horaire régulier. Et je n’avais même jamais pensé au mal qu’elle pouvait occasionner à mon corps !

Finalement, c’est en tombant par hasard sur des méthodes de contraception naturelle que j’ai commencé à douter. L’idée m’a paru folle, mais je me suis dit, après tout : si autant de femmes réussissent à se protéger de cette manière, pourquoi pas moi ?

Il m’a simplement fallu me renseigner sur ce type de méthode pour comprendre à quel point la pilule n’a pas de sens.

Pourquoi j’arrête la pilule ?

Les raisons sont assez différentes de la majeure partie des gens. Je n’ai jamais eu besoin de la pilule pour autre chose que ma contraception et, également, parce qu’on nous a toutes dit un jour qu’il fallait la prendre. Alors, pensant que je n’avais d’autre choix, j’ai fait comme tout le monde.

Pourtant, j’ai décidé d’arrêter la pilule pour plusieurs raisons.

La première : Connaître mon corps.

Cela fait maintenant 10 ans que mon corps est en sommeil. Je ne connais pas mes cycles, je suis incapable de savoir quand j’ovule et d’en reconnaître les symptômes. Je suis un peu une novice de mon corps. Et finalement, j’ai ce sentiment que c’est comme si je ne me connaissais pas du tout.

La seconde : La libido

C’est directement lié à la première raison. Le fait de prendre des hormones de synthèse depuis ma plus tendre adolescence me questionne. Est-ce que je ne suis pas passé à côté d’un certain nombre de choses ? Ai-je réellement une libido normale ou suis-je simplement sous une cloche, complètement annihilée ? Et puisque je déteste avoir des doutes et des regrets, j’ai ce besoin de comprendre et tout savoir de mon corps. Je suis certaine que j’en ressortirais plus forte et grandis !

La troisième : Parce que ça ne devrait pas être la seule issue

Et là, c’est un peu le coup de gueule ! 10 ans que je vais chez la gynécologue chaque année, religieusement. Et pourtant, jamais, au grand jamais, il ne m’a été posé la question de savoir comment je souhaitais me protéger ! La pilule est une sorte d’obligation sociale et franchement, j’en ai marre ! Oui, je suis certainement un petit peu rebelle, mais je suis certaine que l’on nous détruit à petit feu et il est hors de question que je fasse partie de ce massacre.

Clairement, j’ai de très gros doutes sur les effets de la pilule à long terme. Un corps est fait pour vivre, et non pour être freiné par des médicaments. C’est un peu comme si on vous avait mis votre système de reproduction en coma artificiel. Est-ce que vous trouvez ça sain ?

Alors, forcément, c’est pratique. C’est facile. On n’a pas besoin de se poser des questions. Et je comprends que cela convienne à beaucoup d’entre vous (car j’en faisais partie jusqu’à il y a peu). Pourtant, aujourd’hui, je veux me connaître et m’assurer que mon corps ne me fera pas défaut en vieillissant.

Et si la pilule faisait plus de mal que l’on s’imaginait…

De plus, je voulais vous partager mon questionnement vis-à-vis de ces maladies dont on entend plus parler chaque jour : les cancers du col de l’utérus, les cancers du sein, l’endométriose. Je me demande sincèrement si on entend parler de ces maladies, car nous avons aujourd’hui plus de moyens pour informer, ou justement, car ces maladies se sont répandues à vitesse grand V ?

Étonnement, ce sont nos mères qui ont commencé à prendre cette pilule en masse. Et les effets se font ressentir sur la génération suivante… Je me questionne vraiment à ce propos ! Je suis curieuse d’avoir ton avis sur la question ! Dis-moi en commentaires si tu t’es déjà posé autant de questions que moi sur ta contraception ? 🙂

Aujourd’hui, j’ai donc adopté une méthode de contraception naturelle. C’est un travail sur le long terme pour comprendre comment fonctionne mon corps, mais je suis ravie de l’avoir entamée.

Je suis enfin libérée de toutes ses hormones !

CATEGORY: Lifestyle

FolieCurieuse

Related items

Comments (17)

Étant à la recherche d'une nouvelle contraception, je m'étais intéressée aussi à cette méthode mais personnellement, je trouve le risque de grossesse quand même vachement élevé… De plus, il faut impérativement un avoir un cycle régulier et j'ai peur que toute mes années de prises d'hormone ait déréglé tout ça…
Ce dictat de la pilule (des hormones en général) nous met dans des situations compliquées!

Je ne suis pas d'accord avec toi concernant le risque de grossesse. Après seulement 6 mois, je suis capable de détecter sans problème mon ovulation et par conséquent je sais que avant – pendant et jusqu'à 5 jours après, je dois me protéger pour ne pas risquer de grossesse. De plus, tu n'es plus la seule à avoir la responsabilité de ta contraception et ça, c'est très important ! Mon homme sait qu'il y a des périodes où il doit faire sa part, en se protégeant, et c'est un petit prix à payer contre 10 ans de pilule.
De plus, je fais partie d'un groupe de femme utilisant la même contraception que moi (on est plus de 10 000 personnes) et quand il y a un couac, on s'aperçoit rapidement que c'est parce qu'il n'y a pas eu de protection dans une période plus que fertile… Donc, c'est vraiment une peur et une fausse idée que de croire que les risques sont plus élevés 🙂
Selon l'OMS, la pilule est aussi efficace que la symptothermie (dans son utilisation optimale).

Très bel article, je vais me pencher un peu plus sur le sujet (je prends optimizette qui m'a stoppé mes règles depuis 3 ans et demi, elle sont revenus 1 seule fois il y a peu mais c'est tout donc pour moi c'est un peu le pied). Mais souffrant d'anxiété généralisé, et étant très régulièrement malade, je me demande si ça ne jouerai pas un rôle… Affaire à suivre.

je ne saurais te dire car je ne suis pas médecin mais je pense que ça peut être lié. Je suis intimement convaincue que la pilule nous fait beaucoup plus de mal que ce qu'ils veulent bien nous dire. Quand j'ai découvert l'affaire des tampons et des femmes qui ont perdus la vie – mais que cela n'a jamais été communiqué grâce à des lobbies surpuissant, j'avoue, j'ai pris peur ! Je préfère être moi-même à tout les niveaux 🙂

Bonjour,

Pourquoi ne pas avoir choisi de faire poser un stérilet en cuivre ? Tu seras prête à assumer une grossesse ? Parce que clairement, la méthode naturelle n'est pas fiable. La nature fait bien les choses certes mais elle fait aussi ce qu'elle veut. Nous ne sommes pas des robots programmés. Les cycles peuvent se décaler, tu peux avoir une double ovulation en décalé.
Tu es sûre d'être correctement renseignée ? Tu sais que tu peux tomber enceinte 24h après la libération de l'ovule ? Et que Si tu as eu des rapports juste Avant, sachant qu'un spermatozoide peut vivre jusqu'à 5 jours dans l'utérus, tu peux tomber enceinte ?
L'ovulation peut survenir à des moments innatendu dans le cycle… on croit que c'est ça et fait non…
Certaines femmes ne voit pas leur glaire cervicale car elle est trop loin ou/et qu'il n'y en a pas beaucoup.
Enfin bon, je trouve ça bien de ne s'être poser des questions mais je trouve ça très moyen de ne pas préciser que la méthode naturelle a encore plus de chance que la pilule ou le stérilet, d'échouer. Qu'il faut être prêts à assumer une grossesse car l'IVG, rappelons le, n'est pas une contraception.

Personnellement j'ai appris à connaître mes cycles quand nous avons voulu avoir un bebe. Depuis Que bebe est là, je suis passée au stérilet en cuivre, je me sens tout aussi bien que sans rien. Mon corps travaille naturellement et j'ai au moins le stérilet. Ce qui n'empêche pas de se protéger en plus de celui-ci.

Pour être transparente avec toi Noémie, je n'apprécie que moyenne l'idée d'avoir un morceau de cuivre à l'intérieur de moi. Je ne pense pas que cela soit très naturel non plus et j'ai peur d'avoir des retours sur les prochaines années que cette petite choses provoquera des règlements peut être très grave (comme les tampons par exemple). J'ai ce sentiment que le corps féminin n'est qu'une grosse machine à fric et je n'ai plus envie d'en faire partie.
Ensuite, concernant la symptothermie, il est important d'accepter le fait que, oui, ton compagnon prend la responsabilité de la contraception autant que la femme. Par conséquent, les périodes à risques nécessitent un préservatif tandis qu'une fois que tu es certaines d'avoir validé ton ovulation : c'est la fête du slip Je rigole, mais c'est un peu l'idée. C'est un long apprentissage qui demande des réajustements réguliers, mais après plus de 6 mois je commence à peine à reconnaître mes cycles et j'ai encore beaucoup de travail.

Coucou de mon côté je l’ai arrêtée aussi, une première fois pour tomber enceinte de ma Douce (3 ans demain, puis une seconde fois pour tomber enceinte de ma Mini (7,5 mois) et aujourd’hui je n’en veux plus…
Pour plusieurs raisons : parce que j’ai détesté après accouchement qu’on me la prescrive de manière casi obligatoire avec un faux dialogue, aussi et surtout car je me sens beaucoup beaucoup mieux sans, en ressentant les différents moments de mon cycle…

Je suis d'accord avec toi que l'espèce d'ormerta sur le fait qu'il puisse exister d'autres moyens de se protéger m'a fatigué. Il est important de savoir élever les consciences et de faire bouger les choses. De la même manière, avec ma nouvelle manière de me protéger, je sais que lorsque je voudrais avoir un bébé je connaîtrais mon corps pour avoir toutes les chances que ça marche.

Oh ! Ton article résonne comme une évidence pour moi ! C’est dingue. Je suis totalement d’accord avec ce qu’en tu dis du debut à la fin. J’ai arrêter la pilule il y’a un peu plus d’une an parce que j’avais l’impression d’être un mouton qui se force à faire comme tout le monde parce que quelqu’un a dit un jour que la femme prendrait la pillule, alors que moi, ça me convenait pas. Je suis très jeune, j’ai seulement 22 ans, mais l’idée qu’on m’inflige ça c’est devenu invivable. Je revis. C’est con à dire, mais je revis. Des bisous jolie Émilie !

Merci Lisa 🙂 Comme toi, j'avais cette impression de ne pas respecter mon corps et je n'ai pas envie de lui infliger des choses pour rien !

Coucou j’ai aimé te lire, le professeur Henri joyeux à écris un article sur la pilule et ses effets néfastes sur la santé des femmes, très contente que tu en prennes conscience, il y a un peu plus de trois ans quand j’étais à une conférence qu’il donnait du côté de narbonne tout comme toi je me suis révolté et pris conscience que ce n’était pas normal d’intoxiquer son corps, le stérilet aussi reste un corp étrangé , donc je suis aussi d’accord avec toi
Bises et encore bravo pour cet article

Après, chacun fait en fonction de ses croyances, de son aise et de ses convictions 🙂 Finalement, j'apprécie aussi beaucoup que l'on puisse avoir le choix sur notre contraception aujourd'hui – même s'il faut libérer les consciences pour cela ^^

Tu as mis le doigt sur quelque chose : ado, il FALLAIT prendre la pilule, comme si le fait de pouvoir soudainement procréer DEVAIT être réfréner. Nos mères nous diront que c’est pour nous protéger, car elles ont connu une époque plus compliquée pour la femme (il a suffit d’une fois à ma mère pour tomber enceinte de mon frère). Et même si ce mode de contraception peux s’averer Fantastique et libérateur pour certaines, j’en suis venue en grandissant à me poser les mêmes questions que toi. Je l’ai prise aveuglément pendant 10 ans et puis un jour je me suis réellement demandé pourquoi je la prenais. J’ai opté pour un stérilet sans hormones et j’en suis très contente. On passera rapidement sur les deux annees « boutonneuses » qui ont suivi mais aujourd’hui, je ressens différemment mon corps. Sauf que, une petite endometriose pointe le bout de son nez… mmmm… et la seule méthode de guerison – « endormissement » plutôt – proposée par ma gyneco, c’est… la pilule…Le corps médical a l’air complément dépassé par cette maladie, mais je suis persuadée au fond de moi que cela a lien avec les médocs qu’on nous fait prendre. Moins j’en prends, mieux je me porte #viveleshuilesessentielles

J'ai la chance d'avoir arrêté ma pilule et de n'avoir aucun mauvais effet ( pas de boutons, pas de douleurs, un cycle assez régulier etc) et je me pose aujourd'hui les mêmes questions concernant l'endo. La prise de pilule de nos mères auraient peut être jouer sur un dérèglement hormonal chez les personnes de notre génération… Je ne sais pas ! Mais une chose est sûre, le corps médical se gardera bien de pointer le ou les responsables.

Je n'ai jamais pris de pilule de ma vie et je n'en ai jamais eu envie.
J'étais une fille très malade (asthmatique), j'avais des tonnes de médicaments. Quand j'ai arrêté d'avoir des crises pendant mon adolescence, j'ai arrêté de prendre des médicaments, sauf un paracétamol ici et là (mais au fait, le paracétamol n'a pas effet sur moi du tout). J'ai les cheveux crépus et j'ai arrêté de me défriser les cheveux parce que si j'évite les chimiques que j'ingère, c'est logique que je les évite sur mon cuir chevelu (je n'ai jamais teint les cheveux, non plus).
Alors pour la pilule, ça ne me plaisait pas du tout, et à mon homme non plus (il est 100 % dans l'homéopathie).

Coucou Emilie,

C'est dommage que je ne sois pas allée sur ton blog avant de te rencontrer à Oslo 🙂
Je me reconnais pas mal dans cet article, j'ai moi aussi pris la décision de balancer pour toujours ma plaquette de pilule l'an dernier. Je pense que tu as raison par rapport au fait que non la pilule ce n'est pas sans conséquences et pour ma part je pense que le lobby pharmaceutique/manque d'ouverture de certains médecins nous laisse peu de choix. Quand je vois le nombre de femmes (parfois jeunes) que je connais avec soucis de thyroide, cancers du sein, infertilité etc ça me fait flipper.
Cependant, je ne suis pas complétement d'accord avec toi sur les méthodes naturelles. Moi qui suis super bien réglée et qui sait aussi reconnaitre mon ovulation, j'ai eu certaines fois la surprise de ne rien voir venir ou avoir une ovulation complétement décalée. Je pense que c'est top pour les filles dans une situation stable mais le risque 0 n'existe pas. Je pense surtout aux plus jeunes d'entre nous qui s'informent sur internet et qui voient une augmentation du contenu traitant des méthodes naturelles et je ne pense pas que cette solution soit vraiment à recommander pour ce public là, et pour moi il est important d'orienter vers des méthodes non hormonales (DIU cuivre par exemple).

En esperant que tu sois bien rentrée au soleil !

Marion

Hey ! Je suis bien rentrée au soleil, mais avec une belle crève du coup suite au changement de temps.
Par conséquent, je pense pouvoir faire un article sur ma méthode de contraception naturelle, en apportant les nuances. En effet, c'est un avis personnel mais je ne recommande à personne de faire comme moi, c'est vraiment intime comme choix 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *