La censure du blogger voyageur

Aujourd’hui, on va aborder un sujet qui me tient à coeur. Il va faire débat, je le sais d’avance, mais après tout je tiens énormément à ma liberté d’expression. Parlons : censure du blogger voyageur !

Mais de quoi elle nous parle ? Tout simplement, de cette censure qui s’installe et de cette peur que tu as parfois en souhaitant publier un contenu hors des codes. J’ai remarqué que cette censure était tout particulièrement dans le domaine du voyage et qu’il était parfois interdit dans l’esprit commun de dire (voir penser) du mal d’une destination ou d’un choix de vie. La censure du blogger voyageur, un documentaire rondement mené ! (Joke.)

Mon expérience personnelle

Les deux articles qui ont le plus fait réagir (et pas spécialement toujours dans le bon sens) sont :

J’ai reçu des retours extrêmement constructifs et bienveillants qui m’ont permis de faire évoluer mon point de vue. Mais malheureusement, dans le tas, il y a également les retours extrêmement violents et déplacés qui m’ont notamment dit que :

  • J’étais qu’une sale gamine et que mes parents s’étaient trop occupés de moi (oui, oui ! j’vous jure)
  • Que je devrais arrêter de voyager (merci du conseil !)
  • Que j’étais bête
  • Et j’en passe

Toutes ses réactions plutôt déplacées m’ont fait me poser cette question :

Pourquoi ne pourrions-nous pas parler de nos ressentis librement, sans forcément devoir subir cette cascade de reproches ?

Une vision à la bisounours

J’ai parfois l’impression que l’univers des blog et de l’information sur internet est un peu floué. Nous ne retrouvons qu’en grande majorité des articles positifs sur tous les sujets possibles.

On te dit ce qu’il faut faire, ce que tu devrais faire, mais généralement tu ne trouves pas d’avis ferme te disant d’éviter par tous les moyens telle ou telle chose.

C’est quelque chose qui m’embête profondément, car je suis très attachée au fait de pouvoir dire ce que je pense. D’ailleurs, j’ai créé cette plateforme dans un premier temps pour partager ce que je peux vivre. Donc autant je vous parle des produits et des voyages que j’apprécie, autant vous dire la chose qui m’a déplu me paraît tellement innée.

C’est d’ailleurs pour cela que je tente toujours d’avoir un propos modéré sur les choses que j’apprécie ou non. Les blogs et les sites d’informations (car aujourd’hui nous sommes tous au même niveau à mon sens) nous avons la responsabilité de donner des conseils précis sur la véracité d’un produit, d’une destination.

Mais, cela ne semble pas la majorité de ce qui peut être publié, relayé et apprécié.

Il serait donc interdit de parler des choses qui fâchent ?

Pourtant, je suis la première à chercher les avis négatifs. Après tout, pour se forger une opinion, on a également besoin d’avoir les deux points de vues afin de pouvoir peser le pour et le contre, non ?

Si vous n’avez que le point de vue positif, comment allez-vous réagir si votre crème de jour ne vous convient pas ? On vous aurez menti ?

Et bien, j’ai eu ce sentiment face à des sujets qui m’ont touché de près comme : la vie d’expatriés ou notre voyage en Australie.

La vie n’est pas toute rose et quand nous avons emménagé dans cette superbe ville qu’est Barcelone : je n’étais pas heureuse. Et tu sais pourquoi ? Parce qu’en réalité, il faut 21 jours minimum à un être humain pour s’habituer à un nouvel environ. C’est le cas pour les déménagements, alors pour les changements de pays, je te laisse imaginer !

Pourtant, lorsque j’ai osé dire que « Non, je ne vis pas bien mon emménagement à Barcelone » la réponse a été des dizaines de personnes qui m’ont jugé. Oui, j’étais triste. Pourtant, je n’ai jamais eu honte d’être affaiblie par un changement si grand dans ma vie, et ce ne sont pas vos commentaires qui pourront changer cela. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tout le monde !

Ensuite, j’ai osé dire que l’Australie n’était pas le pays rêvé que dépeint tout le monde. Alors mon propos était pourtant simple : je suis partie trois semaines en vacances là-bas et d’après mon expérience personnelle, je suis déçue.

Qu’est-ce que je n’avais pas dit là ! À croire qu’il existe un lobby des voyageurs en Australie qui interdise les propos négatifs sur le pays. Alors certes, je ne critique pas le pays mais je n’y ai pas retrouvé ce que j’étais venu chercher. Vous ne changerez jamais ma vision des choses et d’ailleurs on ne cherche pas à savoir le vrai du faux puisqu’il s’agit d’un : ressenti.

Je pense que les personnes sont, ensuite, capable de faire le tri d’informations et de savoir quand celle-ci leur ressemble ou non.

Des expériences qui enrichissent

Le simple fait de dire que je n’ai pas aimé, est pour moi une manière d’enrichir les propos positifs des autres sources d’informations que vous pourrez trouver sur internet.

Il est nécessaire d’apprendre à sortir des informations tantôt blanches, tantôt noires afin de trouver votre juste-milieu.

Chacun est différent et nous devrions être capables d’accepter lorsqu’un avis diffère du notre.

Respectez les différences et les avis de chacun. Le fait d’être froid, direct voir méchant, n’aidera aucunement votre propos. La seule et unique manière de communiquer est avec le respect et la tolérance.

Mais en tout cas, vous pourrez toujours compter sur moi pour vous dire la vérité, toute la vérité !

Je le jure.

CATEGORY: Australie, Europe, Voyages

Vous aimerez peut-être

Comments (2)

Ton article résume bien la société d'aujourd'hui liée aux réseaux sociaux : si tu n'es pas dans le moule ou que tu oses te plaindre de ta "merveilleuse vie", tu n'es rien… Et je le remarque de plus en plus ! Or pour moi le blogging, c'est avoir sa propre ligne éditoriale et avoir la liberté d'exprimer les choses telles qu'on les ressent, pas comme un journaliste par exemple (ça dépend du journal aussi)… Les blogs existent pour donner des avis qui viennent de la VRAIE VIE, c'est encore le seul moyen de communication que je trouve sincère. Et moi, j'aime beaucoup ton contenu, négatif ou positif alors continue ! 😉

Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂 ça me fait très plaisir ! J'avais besoin de dire ce qui a tendance à m'exaspérer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *