TAG : Que dirais-tu à la toi de 15 ans ?

On s’imagine toujours lorsque nous serons adulte durant notre petit enfance. La réalité est souvent tout autre. Mais aujourd’hui, j’ai fait le travail inverse en me rappelant de mes 15 ans. C’est également l’heure de prodiguer quelques conseils aux futures générations.

Petite rétrospective du jour : quand j’avais 15 ans.

L’idée de cet article m’est venue grâce à celui de Chronique d’une jeune adulte. J’ai trouvé ça hyper intéressant pour la simple et bonne raison que mes 15 ans, ce n’était pas du tout la meilleure partie de ma vie – loin de là.

J’avais donc envie de retourner presque 10 ans derrière moi et repenser à tout ce qui me perturbait à l’époque et quels sont les conseils que j’aurais aimé entendre.

A 15 ans :

J’étais en pleine crise d’adolescence, mais genre… vraiment.
C’est à cette âge-là que mon caractère rebelle a vu le jour. C’est certainement à cette âge-là que j’ai commencé à m’apercevoir que la vie était injuste.
Avant cet âge, j’étais une enfant relativement sage. Je faisais des crises de colère à mes parents, mais une fois sortie de mon cocon familial j’étais très timide et réservée. Je pense que si j’avais pu fondre en larmes à chaque fois que mon instituteur me parlait, je l’aurais fait – je ne vous raconte même pas la fois ou j’ai failli recevoir un avertissement dans mon carnet de correspondance…là, j’ai vraiment fondue en larmes ahah.
Je ne me souviens pas qu’il y ait eu un élément déclencheur, mais du jour au lendemain je me suis sentie énervée. J’étais énervée contre ma famille, contre mes professeurs et surtout… énervée contre mes amis et le reste du monde.
C’est à cette époque que j’ai commencé à me méfier de la nature humaine.
Je ne vais pas vous mentir : c’est toujours le cas et la vie me prouve un peu plus chaque jour que j’ai des raisons d’être méfiante.

Un monde qui fait peur

A l’époque, je me faisais un monde de beaucoup de choses et surtout des relations humaines
Je ne savais pas comment aborder les gens, je ne savais pas comment être appréciée des gens, ni comment garder ces personnes proches de moi. Je me suis retrouvée beaucoup de fois seule, sans amis, dans mon collège. J’ai notamment le souvenir d’une journée complète où toutes les personnes que je connaissais s’étaient passées le mot pour ne pas m’adresser la parole et me laisser seule à la récréation. Beaucoup rigoleront, mais à 15 ans c’est très difficile de se sentir rejeté par tous. Et une seule journée suffit.
Ce n’était pas un acte isolé mais passons.

J’étais différente.

Je n’avais pas les même hobbies que les autres élèves, et je ne ressemblais pas à la majeur partie d’entre eux. En tout cas, c’est ce qu’on m’a répété pendant des années. J’aimais écrire – des Skyblog à l’époque – et écrire mon mal-être sur papier dans ma chambre tard le soir et j’aimais essayer de faire de jolies photos. C’était la seule manière que j’avais trouvé pour tenter de m’accepter. Ça n’a pas non plus été une franche réussite car on m’a cataloguée d’égocentrique.
Les enfants jugent trop vite.

Qu’est-ce que je conseillerais à ma petite personne de 15 ans ?

– Parle à ta famille ouvertement : dis les choses qui te blessent, explique tes sentiments et tes ressentis. Ça ne sert à rien de se renfermer, une famille aimante ne juge pas.
– Ta famille t’aime, n’en doute jamais. Ils n’ont pas toujours la bonne façon de te le montrer, mais il n’y a aucun doute là-dessus.
– Pour ce qui est du reste du monde : Relève la tête et surtout ne montre jamais que ça t’atteint. Les personnes qui souhaitent volontairement te faire du mal ne doivent jamais savoir qu’ils y sont parvenus.
– Concentre-toi sur les choses pérennes : ta famille, tes études… Les amis, surtout ceux de l’époque du collège, ça part et on ne les revoit plus jamais.
– Trouve-toi une activité et une passion et entoure toi de personnes qui te soutiennent réellement dans cette activité
– Accroche toi à cette activité, à ces choses que tu aimes… ce sont les éléments qui te caractérisent le plus et qui font qui tu es. Peu importe la vision des autres.

 

Mon bilan

Cette période de ma vie a été très difficile. La plus dure. J’ai pensé, ressenti et fait des choses à mon corps que je n’aurais jamais dû. J’ai longtemps voulu me faire du mal parce qu’à 15 ans on pense bêtement que si tout le monde nous reproche des choses c’est très certainement que le problème vient de nous. Même si c’est encore très difficile pour moi de repenser à ces quelques années, je sais que ce que j’ai pu traverser m’a construite. Je me suis énormément endurcie et surtout j’ai appris.
Je garde beaucoup de cicatrices de ces année-là, par exemple j’ai toujours le sentiment d’être de trop quelque part et même avec les gens que j’aime. Par ailleurs, j’en ressors grandie puisque cette épreuve m’a donné envie de me battre contre la vie et mettre une claque à toutes ces personnes qui ont pu rigoler de moi un jour : ma vie est belle, heureuse et surtout je suis mieux que vous.

Que gardez-vous comme souvenir de cette période ?
Et vous, qu’auriez-vous conseillé au petit être fragile que vous étiez à 15 ans ?

CATEGORY: Humeurs

Vous aimerez peut-être

Comments (6)

belle rétrospective, et belle réussite c'est le principal.
C'est une grande question,k j'éteins déjà quelqu'un de très profonde, peut être trop.
Idée que je copierai certainement dans un de mes articles :).
bises

Ca nous forge nos enfance, et moi ça m'a donné l'envie de constamment avancer !
N'hésite pas à partager l'idée, je l'ai trouvé tellement chouette.
J'espère que tu auras moins de difficulté à écrire cet article que moi 🙂 (dire de trouver du positif dans tous ça)

Très bel article. Et belle évolution! 🙂 Pas toujours facile de s'accepter lorsqu'on a 15 ans. Moi, j'étais très timide, j'avais beaucoup de mal à aller vers les autres et j'avais une image de moi catastrophique.
Au final, même si nos années ados sont parfois difficiles, on peut en tirer du positif et ça nous aura aidé à être les personnes que nous sommes aujourd'hui. 🙂

Bises!

C'est exactement ça ! Et finalement, on regrette pas ces années 🙂
Ce que je préfère chez moi aujourd'hui c'est mon caractère et c'est grâce à tout ça ^^

C'est touchant. Et je me dis que ça peut aider des ados, s'ils passent par là. Moi je me disais cet été en regardant des ados se déhancher sur scène au club de vacances que je n'avais jamais été une fille cool. Mais je dirais bien aux ados pas cools d'aujourd'hui qu'on s'en fout, parce qu'adulte, la coqueluche du collège ou lycée ne fait souvent rien de plus extraordinaire que nous, voire l'inverse…

Amen ! Personnellement, je suis ravie du chemin parcourue et je rigole bien en voyant la vie de certaines "stars" du lycée.
C'est incomparable 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *